À propos d’ EUROCONTINENT

Eurocontinent a pour objectifs :

-D’élargir les débats à propos du projet européen aux questions et enjeux géopolitiques aux échelles nationale, continentale et mondiale.

-Promouvoir la réflexion, l’analyse et la recherche sur les questions géopolitiques touchant le continent européen parmi les acteurs du projet européen et les citoyens.

-Approfondir la question des finalités géopolitiques du projet européen entre nations européennes. Le projet européen traverse aujourd’hui une impasse et l’objectif est d’inciter à plus de débats entre experts, citoyens, fonctionnaires, entrepreneurs sur les questions de fond du projet européen qui devra nécessairement être réorienté dans un sens plus stratégique pour retrouver sa légitimité et contribuer à l'adhésion et l’épanouissement des peuples européens.

-Contribuer à un rapprochement géopolitique des nations et États qui composent le continent européen ainsi que ses périphéries afin de promouvoir la paix, la stabilité et favoriser l’épanouissement des nations et la civilisation européenne à l’échelle continentale.

-Œuvrer à la définition des intérêts géopolitiques communs et la définition de stratégies géopolitiques et de doctrines communes aux Européens. Pour manœuvrer au XXIèmesiècle dans un monde en recomposition, il faut une stratégie géopolitique conçue comme stratégie intégrale et spatio-temporelle, faisant office de démultiplicateur de puissance. Car la maîtrise du territoire et du temps, au service d’un objectif politique, reste un atout décisif et un élément central de souveraineté. La maîtrise de l’espace-temps d’un acteur géopolitique dépend de sa capacité d’anticipation sur l’espace-temps des autres.

Les questions de territoire, les priorités géographiques et les frontières sont peu approfondies dans les négociations européennes car elles sont sensibles et conflictuelles. De multiples obstacles à l'évolution du projet européen selon un angle plus géopolitique persistent : cécité spatiale résultant de l’importance presque exclusive accordée à l’angle juridique, économique et politique dans les facteurs d’analyse qui se traduit par une difficulté à penser le territoire et les questions de souveraineté ; perception asymétrique des menaces et des intérêts entre les États membres en fonction de leur position géographique et de leur histoire; compréhension de la géopolitique mondiale héritée de la guerre froide et d’un déficit de réflexion et de débat public au niveau politico-stratégique.

Afin de peser sur la scène internationale, un repositionnement du projet européen (qui dépasse le cadre strict de l'Union européenne) vers le monde extérieur est aujourd’hui nécessaire. Une meilleure prise en compte des enjeux géopolitiques serait doublement utile pour les acteurs associés au projet européen dans un sens large (États européens à l'échelle paneuropéenne, Union européenne, Conseil de l'Europe, OSCE, OTAN) pour l’analyse et la compréhension des enjeux territoriaux qui l’affectent au XXIe siècle, et pour l’élaboration d’une stratégie de puissance reposant sur la maîtrise du territoire et subordonnée à l’objectif de l'« Europe géopolitique ». « L’Europe géopolitique » est ici définie comme une alliance d’États européens, cherchant à se doter d’une autonomie de réflexion, de décision et d’action au niveau international afin d’assurer leur sécurité, défendre leurs intérêts stratégiques et vitaux, et promouvoir les conditions d’épanouissement de leur civilisation commune. Elle ne tend donc pas vers la « fusion » des États membres et reste un instrument collectif de souveraineté politique. Cette « Europe géopolitique » aurait vocation à s’insérer dans le jeu de la balance mondiale et accéder au rang d’acteur géopolitique autonome, pour mettre en œuvre la promotion et la défense des intérêts communs de ses participants, comme la pratique d’une politique d’équilibre entre les grands espaces géopolitiques euro-atlantique, euro-asiatique, euro-méditerranéen et africain et euro-arctique.

Avant cette étape, un diagnostic commun des situations géopolitiques diverses devrait être favorisé et cela passe par un rapprochement de la perception des menaces et des risques qui fait défaut aujourd’hui, mais aussi des finalités du projet européen qui restent encore très éloignées entre les États européens et entre leurs citoyens. La définition des intérêts communs qui soudent les Européens devrait se réaliser à l’échelle continentale face au défi de la mondialisation, c'est-à-dire en incluant les nations et États qui s'engagent pour le projet européen et en forgeant des alliances dans sa proximité géographique. Cet espace géopolitique prioritaire couvre les États membres et les nations de l'Union européenne (UE) et de l'Espace économique européen (EEE), les Balkans, Biélorussie, Moldavie, Russie, Ukraine, Turquie, les États et nations du Caucase, d'Asie centrale mais aussi du Sud de la Méditerranée et du Proche et Moyen Orient. Le projet européen prendrait ainsi tout son sens comme pôle géopolitique dans un monde de plus en plus multicentré.

Comments are closed.

Archives