http://www.eurocontinent.eu/wp-content/themes/eurocontinent

Moldavie : les liaisons dangereuses de l’Occident

La Moldavie, Etat faisant partie du partenariat oriental de l’UE comme l’Ukraine, la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan, est un enjeu géopolitique entre les occidentaux et la Russie.

Au nom de la stratégie d’occidentalisation de la Moldavie, c’est à dire son orientation vers les institutions euro-atlantiques (UE et OTAN), les membres de la classe politique  moldave supposés être pro-occidentaux ont été jusqu’à présent soutenus par l’UE et l’OTAN et les dirigeants de leurs Etats-membres, au risque de privilégier des relations avec des individus peu recommandables.

Les signaux d’alarme soulignant les mécontentements concernant cette approche commencent pourtant à se multiplier. L’analyste John Chindler, ancien membre de l’agence de sécurité nationale des Etats-Unis, a alerté dans une tribune au journal « Observer « [1], que le nouvel Ambassadeur des Etats-Unis en Allemagne nommé par Donald Trump, Richard Allen Grenell, soutenait l’oligarque Vladimir Plahotniuc, surnommé le « Cardinal de l’ombre » en dépit des soupçons sur son implication dans de nombreuses affaires criminelles. Le premier ministre de Moldavie, Vladimir Filata, autrefois son allié, s’est ainsi retrouvé en prison après avoir accusé Vladimir Plahotniuc d’avoir volé des montants s’élevant à plusieurs  milliards de dollars au budget de la Moldavie[2]. Selon, l’expert américain, l’oligarque est aussi sur les listes d’Interpol  pour les accusations de trafic humain.

Jusqu’à présent, l’oligarque Moldave était soutenu par les Etats-Unis pour son soutient à une « occidentalisation de la Moldavie ».  Vladimir P Plahotniuc, comme « leader informel »  de la Moldavie  convenait  pour les besoins de la stratégie géopolitique. Mais cet article de John Chindler montre que la confiance de l’administration américaine a des limites. John Chindler estime qu’il est temps que les citoyens américains connaissent les dessous des cette question.

On peut supposer qu’a l’approche des élections américaines de mi-mandat, marquées par un durcissement des rivalités dans la politique intérieure et extérieure des Etats-Unis, certains experts souhaitent que l’administration retire son soutien a des oligarques peu recommandables, afin d’ouvrir la voie à un remplacement du « leader  » informel  » de la Moldavie.

Dans ces conditions, l’Union européenne peut elle ignorer cette accumulation d’affaires négatives autour de l’oligarque moldave, dans l’espoir que l »européanisation », sous-produit de l’occidentalisaion » de la Moldavie se poursuive malgré tout en raison de l’orientation occidentaliste de Vladimir Plahotniuc

Une telle approche risque pourtant de décevoir les citoyens moldaves qui soutiennent une  modernisation de leur pays, mais pas de rester sous l’emprise de oligarques, y compris lorsque ceux-ci se prétendent pro-occidentaux. Cela nuirait à l’image du projet européen qui a vocation à s’élargir au contient européen, mais selon l’aspiration des peuples et nations européennes.

Lors des manifestions contre le gouvernement en 2016, L’UE a pourtant mal interprété les motivations des citoyens moldaves en comparant celles-ci à un « Maïdan inversé » visant à déstabiliser un gouvernement pro-occidental. Une tribune de l’opposition moldave  dans le journal Politico[3] avait pour objectif d’ alerter l’UE  sur cette interprétation biaisée et cette situation malsaine.   

Il y est dénoncé que la façade pro-occidentale  du gouvernement moldave est en réalité une illusion, et sert en réalité les intérêts de l’oligarque Vladimir Plahotniuc.

Afin que l’idée d’un projet européen d’envergure continentale puisse émerger, les relations entres nations européennes doivent être basées sur la confiance, l’équilibre et la stabilité, et non pas une occidentalisation/européanisation forcée et accélérée sans tenir compte des aspirations des peuples, de leur histoire et leur volonté de maîtriser leur destin. Pour réunir ces condition, l’UE devrait abandonner ses liaisons dangereuses avec des individus peu recommandables supposés accélérer une réorientation géopolitique des nations européennes d’Europe orientale.

[1] https://observer.com/2018/05/why-did-ambassador-to-germany-ric-grenell-defend-vladimir-plahotniuc/

[2] http://www.lesnouvellesderoumanie.eu/Article/l-oligarque-plahotniuc-focalise-la-r-volte-populaire/1-3-2016/

[3] https://www.politico.eu/article/moldovas-pro-western-facade-protest-chisinau-russia-ukraine/

 

Vous avez aimé cet article ?
Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *